Accueil
Plan du site
Livre d'or
Présentation du site
Sauvons la mémoire
Rue du Naveix
Le port du Naveix
La rue du Masgoulet
La rue du Rajat
Enfants de la Vienne
L'usine électrique
Les Ponticauds
Les Ponts
Pont Saint Etienne
Alentours des Ponts
Des Habitants
Documents
Les Laveuses
Le long de la Vienne
La fin du quartier
Les Trois-Châtains
Les Casseaux
Les Coutures
Les Vidéos
Formulaire de contact
Colo de Plainartige

 

 

Enfants de la Vienne, jeunes Ponticauds, Nous sommes les fils de cette race fière, campés sur les bords de la belle rivière .      

Ce site internet n'a pas pour ambition de passer pour un site historique sur le quartier des ponts, même si ce qu'il contient fait parti de l'histoire, de la grande Histoire de ce quartier. Ce qui y est raconté, montré, est parfaitement exact. Les époques s'entremêlent parfois, déroutant quelque peu le visiteur, mais rappelant ainsi l'importance et la richesse du passé de ce lieu emblématique.                                                  

 Le promeneur qui aujourd’hui, venant des quais de la Vienne, dépasse le pont Saint Etienne et suit le bord de la rivière arrive devant un grand espace vide.

Il vient de lire sur une plaque bleue appliquée au coin d’une maison « Port du Naveix » 

Ce ne peut être se dit-il que la fantaisie d’un de ces facétieux limougeauds qui a fait donner à ce lieu ce nom, car je ne vois pas ici, l’ombre d’un port !

En continuant sa route il admire la vallée de la Vienne dont les méandres se profilent dans le lointain .

Ce que ne sait pas ce promeneur, c’est que le bulldozer est passé par là, rejetant au néant tout ce qui pouvait rappeler l’histoire de ce quartier pittoresque.  

Si la rivière continue impassible à rouler ses eaux à travers les arches du pont Saint Etienne qui l’enjambe, il n’y a plus les vieilles maisons de torchis, à pans de bois, avec leur aspect archaïque, que l’on voyait naguère encore à cet endroit et parmi elles la pittoresque auberge « la crotte de poule » avec sa gothique croix de pierre placée au bout de son petit jardin, au dessus de la niche de la vierge de l’Abau . 

Evanouies sur les deux rives, les lavandières qui, les jambes repliées sur leur bachou battaient le linge en cadence, tout en colportant les histoires du voisinage.      

Seuls parfois quelques ponticauds, viennent s’adonner à leur passion favorite, la pétanque, pendant que, sur la rivière, un placide pêcheur surveillant sa ligne rêve à une problématique friture. 

Aussi, a-t’on peine à imaginer aujourd’hui, toute l’activité qui a régné dans ces lieux pendant de longs siècles. 

Et pourtant l’histoire de ce port, - ou plutôt – de ces ports, puisque il y en avait deux , le grand et le petit Naveix, qui s’étendaient jusqu’au Casseaux, mérite d’être sorti de l’oubli . 

Aujourd’hui c’est moi le promeneur qui regarde cette plaque bleue appliquée au coin d’une maison où il est inscrit « port du Naveix »

 La différence, c’est que moi je sais ce qu’il y avait avant et je ne peux empêcher mes yeux de se brouiller quand je pense à ce petit garçon qui, il y a bien longtemps, vivait sur les bords de Vienne.     

Oui, je suis ponticauds, né rue du Naveix, ma famille a longtemps habitée ce quartier , mes grands parents habitaient rue du masgoulet et mes oncles et mes tantes ainsi que ma maman, ont fait les beaux jours des « enfants de la Vienne » 

Cependant il ne faut pas perdre de vue que les familles qui demeuraient ici étaient de condition modeste.

La vie était rude dans le quartier des ponts. Les habitations hors d’âge n’avaient aucun confort, si ce n’est celui de la famille et de l’amitié . 

Ce site internet est  bâti à partir de documents existants, de ma famille et des autres habitants du quartier, mais aussi d’ouvrages parus comme par exemple « d’une rive à l’autre, une rivière et des hommes »    

Pour ceux qui n’ont pas connu le quartier des ponts, je dirais simplement que l’histoire des ponticauds fut une grande histoire.

Une histoire qui, si longtemps après la destruction de ce quartier continue de vivre dans le cœur de bien des limougeauds . 

Pour mémoire, lors de la destruction du quartier au milieu des années 1970 et du relogement des habitants, bien des cœurs furent arrachés et des personnes âgées sont mortes sans raison apparentes…………

 

Sources principales

Ma famille

Jeannette Dussartre-Chartreux

Paulette Morel-Terrien

Raymond Dardillac

Jacques Filhoulaud

Jean-Baptiste Couturaud        

L' I.N.A. 

Archives Départementales Haute-Vienne

Archives Municipales Limoges

Photothéque Paul Colmar

Le Populaire du Centre

Ministère de la Culture

 

  ce site est dédié à Madeleine WISSOCQ, née le 25 décembre 1933 et décédée le 01 octobre 2010.

 

               

      © Si ce site fait l'objet d'un copyright, c'est simplement pour que les photographies et les écrits qui s'y trouvent, ne soient pas détournés de leur contexte, à savoir la mémoire du quartier des ponts et des enfants de la Vienne.  Malheureusement sur internet c'est fréquemment le cas, aussi il m'a paru nécessaire de protéger cette mémoire, qui est aussi celle de ma famille.
 

Jean-Luc HEMAR, créateur et webmaster du site.(C)2021 "les enfants de la Vienne"

 

 

  

 

  

 

 

 

 Cliquez ici pour aller sur le livre d'Or   

 
     

 

 

 

les enfants de la Vienne  |  ponticauds@wanadoo.fr
ponticauds, Limoges, enfants de la Vienne